Faire un don
 
 
Welfarm
 
L’Allemagne et la France réunis pour mettre fin à la destruction systématique des poussins mâles issus de la filière œufs.
 
Chers amis,

Aujourd’hui, une lueur d’espoir se fait jour pour les 50 millions de poussins qui sont broyés et gazés chaque année en France. En effet, le 13 janvier dernier s’est tenu à Berlin une rencontre franco-allemande, organisée à l’initiative de Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation et de son homologue allemande la ministre fédérale Julia Klöckner. WELFARM était présente.
 
 
Les deux ministres ont décidé d’unir leurs efforts pour qu’à l’horizon 2021 soit mis un terme au broyage et au gazage des poussins mâles.

En effet, la France a investi 4.5 millions d’euros et l’Allemagne 8 millions d’euros pour identifier et développer des solutions qui permettraient d’y mettre un terme. Parmi les solutions envisagées figurent :
  • le sexage dans l’œuf suivi de la destruction des mâles avant éclosion,
  • l’engraissement des poussins mâles des souches pondeuses,
  • le développement de souches de poules à double fin dont la vocation serait à la fois de pondre des œufs et de produire de la viande, etc.
 
Autant de pistes que les ministres des deux pays semblent disposés à explorer.
 
Les ministres ont souhaité associer à cette rencontre WELFARM, l’ong CIWF ainsi que la fédération allemande des SPA Deutscher Tierschutzbund.
 
 
Nous avons donc pu présenter devant les ministres et les autres parties prenantes présentes (interprofession de la volaille, fédérations de distributeurs, accouveurs, instituts de recherche etc.) nos attentes et les points de vigilance que nous avons identifiés. Par exemple,
  • le sexage de l’embryon dans l’œuf doit se faire au plus tôt, et dans tous les cas avant que l’embryon ne soit sensible ;
  • cette méthode ne doit avoir aucun impact ni sur le développement de l’embryon et du poussin éclos, ni sur sa santé ;
  • l’élevage éventuel de poussins mâles des souches pondeuses, ou issus de souches de poules à « double fin » (pour la ponte et la viande) ne peut être envisagé qu’avec des densités en élevage acceptables et sans claustration totale.
 
Au terme de cette journée, les ministres de l’Agriculture allemand et français ont annoncé la mise en place d’une plateforme franco-allemande pour faciliter la poursuite du travail entamé lors de cette rencontre et en assurer un suivi. WELFARM sera associée aux travaux de cette plateforme, dont la prochaine réunion se tiendra à Paris. Les ministres ont invité les autres états-membres de l’UE à rejoindre la démarche et ont appelé la Commission européenne à la soutenir.

WELFARM a rappelé son souhait qu’une législation nationale et européenne soit adoptée au plus vite, avec une échéance proche, pour interdire formellement la destruction des poussins mâles. Ce vœu n’a hélas à ce jour pas reçu le soutien des gouvernements franco-allemands qui ne souhaitent pas faire usage de la voie réglementaire.

En France, les premiers œufs provenant de poussins sexés dans l’œuf ont fait leur entrée en magasins. Ils sont proposés par la marque Poulehouse, que l’on peut trouver chez plusieurs distributeurs : Carrefour, Auchan et Monoprix…

WELFARM remercie vivement l’ensemble de ses donateurs et sympathisants, dont seul le soutien permet à l’association de porter haut et fort la voix des animaux auprès des acteurs publics et économiques.

Ensemble, restons mobilisés pour que demain, plus aucun poussin ne soit broyé ou gazé.

Merci à vous !
 
 
50 millions de poussins mâles sont chaque année broyés ou gazés parce qu’ils ne pourront pas pondre d’œufs et que la filière juge qu’il ne serait pas assez rentable de les engraisser. En effet, après la seconde guerre mondiale, nos races rustiques locales de poules, qui servaient à la fois à la production d’œufs et de viande, ont été abandonnées au profit de souches hyper-spécialisées dont la vocation est soit de produire des œufs, soit de grossir très vite pour acquérir une forte masse musculaire qui viendra garnir les assiettes des consommateurs. Ainsi, alors qu’en 1946 une poule pondeuse pondait 75 œufs/ an, elle en pond désormais plus de 300. Les poulets de chair quant à eux atteignent désormais leur poids d’abattage en à peine 35 jours.
C’est donc dans les années 1950, qu’est apparue la pratique consistant à détruire à la naissance les poussins mâles des souches pondeuses, parce que sans valeur économique, car ils coûteraient trop cher à engraisser.
 
 
WELFARM
176 avenue André Malraux - BP 80242 57006 METZ cedex 1

courrier@welfarm.fr
Facebook
Twitter
Instagram
Youtube
 
 
Cet e-mail a été envoyé à ef.contactmail@gmail.com
Vous avez reçu cet email car vous vous êtes inscrit sur Welfarm.
 
 
 
© 2020 Welfarm